GUARBECQUE et son PATRIMOINE

L'ensemble du Patrimoine Guarbecquois

Chute d'un quadrimoteur

   Le 7 juillet 1941, vers 5 h 30 mn du matin, un avion quadrimoteur, venant de la région de Lens, tombe en flammes contre la haie qui clôture le jardin de Mme Léon Brassart. Des occupants, 2 ou 3, qui ont réussi à sauter en parachûte, sont recherchés et ramassés par les Allemands. Les autres périssent carbonisés. Leurs cadavres et l'ensemble des piéces qui restent de cet avion géant américain sont retirés, le moteur était enterré à 2 mêtres de profondeur et emmenés par les soldats allemands cantonnés à Isbergues et Aire sur la Lys.

   Mais, au moment de cette chute en catastrophe, plusieurs jeunes gens se trouvaient à travailler dans les champs d'alentour, et accoururent immédiatement sur les lieux de l'accident. Deux d'entre eux, au moins, faisaient partie de la socièté de Foot Ball "La jeune France" de Guarbecque, et portaient sur eux des convocations sans en-tête, à peu près libellées en ces termes; "A Oscar (ou Arcade), réunion tel jour." Les Allemands les fouillèrent, trouvèrent les convocations, crurent que les mots "Oscar et la jeune france" étaient des mots-codes d'une socièté de Résistance ou de Terrorisme, embarquèrent illico nos jeunes gens, tels qu'ils étaient, en habits de travail, et les transférèrent à la prison de LOOS-LES-LILLE. Ils ne furent relachés qu'après de laborieuses démarches,et lorsqu'on eut prouvé aux autorités Allemandes que "la jeune france" n'était qu'une association sportive.

   Après l'enlèvement sommaire des victimes et du matèriel, des paroissiens découvrirent quelques débris humains que , dans leur piété, ils recueillirent dans une tombes de guerre , surmontée d'une croix.

     Beaucoup vinrent, du village et des environs, et même d'au delà,sinon en pélerins, du moins en curieux, à cette endroit funèbre. 

   M. Georges Denisselle travaillait dans les champs à environ 1 km  de l'endroit ou l'avion s'est écrasé et raconte. Il raconte à l'association Antiq'air Flandres Artois, et à la Voix du Nord, qui ont créé l'événement, et à Terry le fils du copilote mort dans l'avion.

   "J'avais 15 ans à l'époque, se souvient -il, j'étais à 1 Km . j'ai vue une aile se décrocher, cela n'a pas duré longtemps. Après les Allemands sont allés les chercher, il y a eu un attroupement et puis on ne pouvait plus approcher." Les murs de la maison ont tremblé

    Il venait de rencontrer le fils du copilote. En juillet 1941, ce citoyen canadien, alors âgé de 28 ans était un des sept passagers d'un striling (bombardier) anglais. Le copilote s'appelait Georges Edouard. Il devait aller bombarder Béthune.

   L'association a réouvert l'endroit de l'impact et Terry le fils de Georges Edwards, repartira pour le Canada avec quelques pièces de l'avion ou sont père est décédé (cela a dû se passer début des années 2000-2002).

Fin de page