GUARBECQUE et son PATRIMOINE

L'ensemble du Patrimoine Guarbecquois

LEs moulins du ruisseau de guarbecque

Fin de page

A la limite des collines d’Artois et du début de la plaine de Flandre, non loin de la vallée de la Lys, se trouvait au moins cinq moulins sur le ruisseau de Guarbecque et le ruisseau du moulin, d’en haut où des moines qui se jette dans le ruisseau de Guarbecque à Ham.

 

Moulin de Fontes : sur le ruisseau de Guarbecque

Moulin à Ham : sur le ruisseau du moulin ou des moines

Moulin à Berguette : sur le ruisseau de Guarbecque

Moulin à Guarbecque (dit moulin Cornu) : sur le ruisseau de Guarbecque

Moulin à St Venant : sur le ruisseau de Guarbecque

 

Depuis sa source dans les cressonnières de Fontes et de Norrent, il fait tourner le moulin de Fontes, tout de suite après il longe le « marais pourri », qui d’après les anciens était un endroit où on faisait tremper le lin (ce qui donnait une odeur pestilentielle d’où le nom de marais pourri ?), il passe au pied de Ham ou il y reçoit son premier affluent, le ruisseau des moines (ou le ruisseau d’en haut qui vient de Saint Hilaire-Cottes ou le ruisseau du moulin) qui alimente le moulin de Ham et file vers Guarbecque ou il alimente le moulin de Berguette, un peu plus loin, juste avant le canal, il reçoit un ruisseau qui vient des sources de Molinghem et de Ham en Artois et un rejet des bassins de décantation des usines et de la ville d’Isbergues, il passe sous le canal puis alimentait le moulin Cornu sur Guarbecque. Un second affluent se jette dans le Guarbecque, le ruisseau d’Isbergues, fossé du Brayel (où Brayé, son nom vient peut-être du nom de l’ancien hameau du Bray, de la rue du Bray ou d’une ferme dite du Bray qui se trouvait près de la chapelle Ste Anne où d’un ancien nom flamand qui signifierait vase) ce ruisseau sépare Isbergues de Saint Venant. Un peu au-delà le courant de Busnes (ou Fauquetin qui vient de Ham) retrouve le Guarbecque. Par la suite le ruisseau de Guarbecque se jette dans la Lys à Saint Venant juste après avoir fait tourner le dernier moulin.

Au total il aura parcouru environ 12 à 15 Km pour une altitude de 25 m à son départ de Fontes et de 10 m à son arrivée à Saint Venant soit un dénivelé de 15 m pour environ 15 Km.

Le ruisseau de Guarbecque et le Fauquetin sont les 2 ruisseaux qui délimitent la commune de Guarbecque, avec la voie de chemin de fer Arras Hazebrouck depuis les années 1960, une partie de la commune dit « l’Halloterie » a été cédée à la commune de Ham.

 

Noté dans l’inventaire de la commune de Guarbecque à la révolution.

La petite rivière qui sépare Guarbecque de Berguette « navigable pour des bateaux qu’on peut tout au plus charger de six mille pesant » ; le moulin Cornu et celui de St Venant y servent d’écluses pour la navigation, mais il faut décharger à chaque moulin et on ne peut pas entrer dans la Lys. Une de ces barques existait encore au début des années cinquante dans la rivière près du « grand Carluy », elle était amarrée à une centaine de mètres en amont du pont qui se situait face au manoir (ce pont n’existe plus, de même que le manoir).

 

 

 

Le moulin de Ham en Artois

 

  Il existait un moulin à eau avec vivier et bassin de retenue (il ne fonctionnait que quelques heures par jour, le temps de vider la retenue) sur Ham en Artois, dans le vallon en bas de l’abbaye, face à la route qui arrive de Lillers. Ce ruisseau du moulin venait de Saint Hilaire Cottes, il était parallèle au ruisseau de Guarbecque, passait derrière l’abbaye et l’église, venait alimenter le moulin, suivait la route et rattrapait le ruisseau de Guarbecque et s’appelait alors le ruisseau des moines ou ruisseau du moulin. Le moulin dépendait de l’abbaye d’Ham. Il existait déjà en 1569. Ce moulin aurait cessé de fonctionner dans les années 1880. Le ruisseau a depuis dû être comblé, et détourné lors de la construction de la voie rapide Molinghem Lillers.

 

 

Liste des occupants du moulin après la révolution

 

Une famille de meunier, les LEROY, s’est installée au moulin de Ham et même sur d’autres moulins à partir de 1789 (Guarbecque, Ham, Quernes, Witternesse).

 

Le Père LEROY Jean-Baptiste (°1733-+1809) – Meunier à Guarbecque, bien avant la révolution.

 

Son fils LEROY Eugène Joseph (°1774-+1832) – Meunier à d’Ham

 

Son 2ème fils LEROY Jean-Baptiste (°1786-+1829) – Meunier à Guarbecque

 

Son petit-fils LEROY Aimable Jules Joseph (°1831-+1898) – Meunier à Guarbecque puis Quernes

Son petit-fils LEROY Jean-Baptiste François (°1815-+ ) – Meunier à Ham

 

Son A P fils LEROY Jean-Baptiste Cyrille (+1873-+ ) – Meunier à Quernes

 

Son A P fille LEROY Marie Joseph (°1869) Meunière à Witternesse.